Populations et modes de vie

L’attractivité de l’agglomération se traduit par l’arrivée de nouveaux ménages et une croissance démographique, avec des besoins renforcés en équipements dans divers domaines, éducation, santé, transports, loisirs. Mais l’enracinement des familles dans un espace où elles travaillent, puis où elles restent souvent malgré le départ à la retraite conduisent aussi à un vieillissement plus ou moins marqué selon les quartiers, avec l’apparition de nouvelles problématiques : décohabitation des jeunes, accessibilité au logement aux équipements de santé, aux commerces.

Le décryptage et la mesure de toutes ces évolutions sont les fondements du dispositif d’observation à champ large développé par l’Agence d’urbanisme. La refonte de la politique éditoriale de l’Agence, avec une diffusion hebdomadaire de brèves alternant statistiques et approches juridiques, et un effort accru de production d’analyses plus fouillées dans des « lettres de l’Urba », a pour objectif de renforcer la connaissance et la vision partagée.

Les études « modes de vie » sont une façon un peu nouvelle de croiser ces approches et ces facteurs, en utilisant de nombreuses données, mais aussi en recourant à l’expérience des habitants eux-mêmes, en réintroduisant du qualitatif, en intégrant une dimension temporelle qui impacte le fonctionnement des espaces, des quartiers, des logements. L’AUAO s’est fortement impliquée dans ces orientations liées à la prospective territoriale, qui prennent en compte des aspects sociétaux comme les ménages recomposés, les familles monoparentales, avec des conséquences directes sur les besoins en logements, en équipements, et sur les niveaux de revenus.

Des études ciblées sur certaines composantes de la ville, comme le « bâti de la reconstruction », construit il y a une soixantaine d’années, sont aussi l’occasion de se réinterroger sur les espaces centraux de la ville, sur leurs fonctions, sur leurs évolutions en rapport avec le renouvellement important de leur population, avec les pratiques quotidiennes en matière de consommation, de commerce, de mobilité.

Des brèves d’actualité statistique

L’évolution du chômage
L’évolution du chômage

L’évolution des naissances
L’évolution des naissances
L’Agence assure une veille statistique sur les données d’intérêt général, les unes centrées sur des évolutions impactant par exemple l’attractivité des territoires, les autres fournissant des éléments de comparaisons sur les capacités à surmonter des périodes de crise, ou sur l’impact des grandes investissements d’infrastructure. L’élargissement du regard aux autres secteurs du Loiret, de la région Centre, ou des réseaux de villes mi-concurrents, mi-complémentaires (axe ligérien, villes à 1 heure de Paris…), permet aussi d’ajuster les politiques publiques, d’appuyer des actions de lobbying, de mettre en cohérence les actions et les territoires. Pour en favoriser la lecture et la diffusion, l’AUAO a mis un point un nouveau canal, hebdomadaire, sous forme de brèves, dont un autre volet porte sur le décryptage des textes législatifs ou réglementaires impactant l’aménagement et l’urbanisme.Evolution des populations légales:

 

Carte des densités
Carte des densités

 

Des éléments de diagnostic ou de bilan

Bilan du PLH
Bilan du PLH
(56 pages – 5,61 Mo)

Diagnostic du PLH
Diagnostic du PLH
(192 pages – 25,8 Mo)
A la demande de ses membres, l’Agence prend en charge la réalisation des bilans et diagnostics des documents de planification stratégique, avec des approches très généralistes pour le schéma de cohérence territorial, ou plus ciblées sur l’habitat ou la mobilité pour le programme local de l’habitat ou le plan de déplacements urbains. En s’appuyant sur ses observatoires, en mobilisant des données nouvelles alimentées par exemple par les outils de gestion des acteurs du transport, ou en créant de nouvelles bases, comme cela s’impose pour la mesure de l’occupation du sol et la répartition des évolutions par typologies, l’Agence produit des documents dont l’intérêt va au-delà de la réponse à une demande spécifique, puisqu’ils dressent à intervalles périodiques de véritables portraits de territoire. Et les « portraits de l’aire urbaine » apportent une vision encore plus large, permettant une vision des interactions entre territoires limitrophes, ou reliés par des outils de communication à forte capacité.

Bilan du PDU
PDU
(166 pages – 22,4 Mo)
Bilan du SCoTBilan du SCoT
(38 pages – 13,1 Mo)

 

Des indicateurs, des traductions graphiques

Jeunes de moins de 10 ans en 2011
Jeunes de moins de 10 ans en 2011

Répartition des ménages cadres en 2011
Répartition des ménages cadres en 2011
Si les bases de données des observatoires sont des outils indispensables, elles n’apportent des éléments d’aide à la prise de décision que si elles sont traduites par des indicateurs aisément compréhensibles et communicables, que si elles sont converties en graphes, en cartes, à des échelles en rapport avec les messages qu’il faut faire passer. L’évolution des emplois d’une zone d’activité peut ne refléter qu’un impact conjoncturel, ou les aléas de la vie d’une entreprise : ce sont des indications intéressantes pour les gestionnaires de la zone, mais ils ne permettent guère d’aller plus loin. La somme des effectifs dans une aire d’emploi, et sa comparaison avec d’autres fournissent par contre des éléments d’appréciation sur l’attractivité globale du territoire, sa capacité à générer de l’emploi, à attirer des entreprises, à surmonter une crise. Le travail de l’Agence d’urbanisme est également d’articuler ces lectures spécifiques avec celles d’autres domaines : la démographie, les déplacements domicile-travail, la nature et le volume de la construction neuve…

 

Des études modes de vie, qualitatives et transversales

Etude mode de vie
Mode de vie
(60 pages – 3,95 Mo)

Annexe Mode De Vie
Annexe Mode de vie
(48 pages – 4,29 Mo)
Les décisions en matière d’aménagement, d’urbanisme, de programmation d’équipements et d’évolution des infrastructures s’appuient en partie sur une appréciation des besoins des populations et des entreprises par des éléments chiffrés, mesurables, en poids et en tendances. Mais plusieurs réponses sont possibles, il y a une part de choix, des politiques mais aussi des habitants, des professionnels du secteur mais aussi des utilisateurs. Les enquêtes qualitatives, qui s’efforcent de faire parler les habitants, les usagers, les acteurs, sont une des autres démarches que mènent les agences d’urbanisme, afin de lier autrement les problématiques, et évaluer les perceptions au plus près du terrain, en écoutant les contradictions, les effets pervers des politiques, en faisant la part des choses entre les discours tout-faits et la façon dont les habitants s’accommodent de ce que leur propose le territoire. Les nouveaux outils de sondage accessibles par Internet font également partie des investissements récents de l’Agence d’urbanisme.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.