L’AUAO et la communication, le mécénat

 

Pour éclairer les élus et leurs services sur les grands enjeux de l’urbanisme et de l’évolution des modes de vie des habitants, l’Agence utilise quatre types d’outils :

Une politique éditoriale qui utilise trois vecteurs principaux :

  • des brèves hebdomadaires, diffusées par envoi direct aux maires et à leurs services, qui apportent des éléments d’information sur les outils de la planification et leurs évolutions, ainsi que des chiffres-clés commentés sur les tendances à l’œuvre dans les territoires. Ces brèves sont également consultables sur le site Internet ;
  • des « lettres de l’urba », à parution moins régulière, qui sont des études synthétiques de 4 à 6 pages sur des sujets d’intérêt général, liés aux politiques sectorielles : transports-mobilités, habitat-logement, socio-démographie, économie-emploi, mais qui peuvent aussi s’intéresser à des typologies d’espace ou des techniques de planification ;
  • des études et atlas, qui analysent en profondeur et donnent à voir les répartitions géographiques sur le territoire de l’agglomération ou au-delà. Les portraits de territoires, l’atlas des projets, l’atlas des friches et terrains mutables, l’atlas de la construction et celui du logement social constituent ainsi des documents de référence qui nourrissent les bilans et diagnostics de la planification réglementaire.

Des conférences et séminaires :

« Jeudis de l’urba » : L’Agence élabore, en partenariat avec la Maison de l’Architecture, un programme de conférences appelé les « jeudis de l’urba », au rythme de 3 par trimestre, soit 9 par an. Les sujets traités sont pour une part liés à l’actualité, d’autres étant plus intemporels.

Ainsi, en 2014-2015, ont été évoqués :

  • le bâti de la reconstruction à Orléans, appuyé par une exposition ouverte au public lors des journées du patrimoine, et présentée également dans deux autres lieux, la Caisse d’Epargne de la Région Centre, la Mairie de Fleury-les-Aubrais ;
  • les entrées de ville, qui posent le problème de l’intégration architecturale des implantations commerciales, de la publicité, d’une adaptation de la vitesse à la circulation en zone urbaine ;
  • le dernier kilomètre de livraison, le plus coûteux et le plus dérangeant pour les riverains, qui nécessite d’articuler les contraintes des commerçants, celles des transporteurs et celles des habitants, mais qui bénéficie d’avancées technologiques intéressantes ;
  • les technologies numériques, qui peuvent apparaître à la fois comme indispensables à la vie moderne des habitants comme des entreprises, mais qui sont aussi des leviers pour la transformation des territoires et le maintien ou le développement de leur attractivité ;
  • le choix d’un territoire d’implantation par les entreprises, réflexion qui fait intervenir de nombreux paramètres : qualité des liaisons, modes de vie, disponibilités de terrains, fonctionnement des marchés immobiliers, rapports avec les autres territoires, attractivité, niveau de formation des employés, potentiel de main-d’œuvre, etc.
  • les musées nouveaux et les dynamiques urbaines : suivant l’exemple d’opérations réussies à Paris ou Bilbao, de nombreuses municipalités s’efforcent d’amplifier les dynamiques de leur territoire par la création d’un équipement-phare de type musée, qui peut renouveler l’image de la ville, ou constituer le ferment d’un nouveau développent. La conférence a été également relayée par une exposition.
  • le développement des espaces périurbains n’est pas une problématique nouvelle, mais la tendance à une évolution plus dynamique à l’extérieur qu’à l’intérieur de l’agglomération pose la question du rapport à la ville, des modes de vie, et de l’articulation des territoires, en particulier dans le cadre de l’élaboration des visions stratégiques du long terme. La conférence s’est plus particulièrement centrée sur les jeunes, leur attachement aux territoires, la construction de leurs liens.

Plusieurs séminaires ont eu lieu ces dernières années pour réunir les acteurs du territoire autour de problématiques liées au logement, à la mise en œuvre du Grand Paris, aux liaisons ferroviaires à grande vitesse

Des expositions :

L’Agence organise dans ses locaux des expositions thématiques, qu’elle réalise elle-même ou qu’elle accueille dans le cadre d’un programme d’échange avec des agences partenaires du réseau FNAU

Elle a ainsi présenté :

  • la cité particip’active, inspirée du livre de Philippe Verdier « Le projet urbain participatif » : en 5 séquences, l’exposition explore la question de la perception des espaces urbanisés, les façons de la modifier, et l’articulation entre la vision des urbanistes, celle des élus et celle des habitants.
  • la prospective : autour de la présentation d’une série de scénarii de développement élaborés par la DATAR, l’Agence a montré comment la vision de l’agglomération orléanaise avait changé au cours du temps, et sur quels fondamentaux elle s’appuyait aujourd’hui. Elle a complété cette mise en rapport avec les démarches menées dans d’autres espaces urbains pour construire le projet de développement.
  • ré-architecture : Le Pavillon de l’Arsenal à Paris a rassemblé des démarches réalisées dans différentes villes d’Europe pour faire face au défi du temps d’attente entre la fin d’une séquence urbaine et la suivante, qui se traduit par des espaces délaissés, source d’inquiétudes et d’atteintes à l’image de la ville. De jeunes architectes, des associations, des collectifs ont ainsi construit des usages temporaires pour donner vie à ces espaces, et les maintenir dans le fonctionnement ordinaire (ou extraordinaire) de la ville.
  • le bâti de la reconstruction à Orléans : Les destructions de la Seconde Guerre Mondiale ont dégagés de très importants espaces au cœur même de la ville d’Orléans. La reconstruction, pensée bien avant la fin de la Guerre par Pol Abraham, a été l’occasion de la mise au point de nouveaux systèmes constructifs, tout en gardant des éléments de gabarit de la ville ancienne. L’Agence donne à voir cette démarche, et les caractéristiques de cette architecture, ainsi que la nature des problèmes à résoudre aujourd’hui pour en maintenir l’attractivité.
  • l’air et la ville : dans le cadre des journées environnement-santé, organisées par la ville d’Orléans, et destinées au grand public, l’Agence a conçu une exposition didactique, montrant que l’air, la lumière, la santé sont au cœur des préoccupations des urbanistes, et que divers moyens sont utilisés, allant des transports collectifs au plan « espaces verts », de la réglementation des permis de construire à l’implantation des entreprises.
  • musées et dynamiques urbaines : Trois exemples réalisés récemment dans des villes de taille variable s’efforcent de dégager les potentiels d’accélération des dynamiques urbaines par l’implantation d’un nouveau musée. Marseille avec le MuCEM, Metz avec le Centre Pompidou, et Lens avec le Louvre répondent à des problématiques différentes, avec des outils, des architectures et des dispositifs d’évaluation qui peuvent aider à la réflexion sur le développement et l’intégration de nouveaux quartiers.

cahier_expo

L’exposition « musées et dynamiques urbaines » (25 panneaux) est ouverte du 11 mai au 30 septembre 2015 de h à h.

L’exposition sur « l’air et la ville » (10 panneaux) est présentée de façon permanente à l’Agence, et accessible aux mêmes horaires.

Des visites commentées pour des élus, techniciens ou étudiants peuvent être organisées : prendre contact avec l’Agence :  mél

Des prêts sont envisageables, ainsi que sur les expositions antérieures : prendre contact avec l’Agence :  mél

Des clubs :

newletter_club-ecoQ
Newsletter club écoquartier

Le club éco-quartier a été initié par l’Agence pour rassembler les élus et techniciens intéressés par cette nouvelle façon de construire la ville, plus respectueuse de l’environnement, moins consommatrice d’espace et d’énergie, permettant aussi une meilleure intégration des habitants autour d’un projet partagé. Ce club fait venir des grands témoins, des représentants d’organismes partenaires, et constitue surtout un lieu de réflexion très ouvert, où l’on peut à la fois formuler ses interrogations et trouver des éléments de réponse. Une lettre du club rappelle les sujets évoqués, et les pistes de solutions techniques, financières, ou réglementaires sur lesquelles s’appuyer.

Le mécénat

L’Agence s’est entourée de plusieurs mécènes pour l’aider à construire son programme d’expositions et de conférences, en lien bien sûr avec leur action dans les domaines liés à l’urbanisme et à la construction. Pour éviter toute interférence entre leurs objectifs et ceux de l’Agence, aucun financement ciblé sur un événement n’est proposé, il s’agit d’une somme versée annuellement, qu’il y ait ou non d’événement programmé dans l’année en rapport direct avec l’activité du mécène.

En 2014 nous avons été accompagnés pour les jeudis de l’urba, nos conférences et nos expositions par :

  • Caisse d’Epargne Loire Centre
  • GDF-SUEZ
  • EDF – Direction Commerce Grand Centre collectivités, Territoires & Solidarité
  • Caisse des Dépôts et Consignations
  • DV Construction

LOGO CELCGDF_SUEZ-ETRE UTILE AUX HOMMES_logoSFR_RVB2013_jpg


LogoEDFLogo_Caisse-des-DépôtsLOGO-CIRMAD

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.