Comment travailler avec l’agence d’urbanisme ?

Dans le cadre du programme partenarial

Pour répondre le mieux possible aux questionnements de ses membres, l’Agence propose un programme partenarial, établi en principe sur deux ans. Il permet de hiérarchiser les sujets en fonction des besoins, et fait l’objet d’allers-retours avant son adoption par les instances. Cette ligne directrice largement détaillée est importante pour l’évaluation du plan de charge de l’Agence, et d’éventuels renforcements de son équipe, ou d’appels à une sous-traitance étroitement encadrée. Elle l’est aussi pour ses financeurs, pour évaluer l’importance des apports de l’Agence à la gouvernance et au développement des territoires.

Les évolutions législatives, les enjeux spécifiques de certaines collectivités, la redéfinition de certaines priorités à l’occasion par exemple d’un changement de gouvernance, l’apparition de nouveaux besoins, ou de nouveaux moyens techniques ou financiers, sont susceptibles de faire évoluer ce programme partenarial,  dans son phasage ou dans son contenu. Le bilan et les réalisations effectives sont présentés régulièrement, en particulier lors du rapport d’activité annuel. Les ajustements au programme sont décidés également de façon partenariale entre la direction et les instances de pilotage, Présidence, Bureau, Conseil d’administration.

 

Dans le cadre d’une convention

Les besoins spécifiques à certaines collectivités, comme par exemple l’étude d’un secteur d’aménagement, ou la réalisation de leur Plan Local d’Urbanisme, ne rentrent pas dans l’enveloppe du programme partenarial, qui a vocation à traiter des sujets d’intérêt commun. Ils nécessitent donc une convention particulière, parfois pluri-annuelle, qui entre pleinement dans la démarche « in-house », c’est-à-dire menée pour les membres financeurs ou adhérents de façon permanente. Il n’y a donc pas lieu de passer par un appel d’offres obligeant ensuite à retenir un bureau d’études que l’on ne connaît pas, et qui ne dispose pas des outils et de la connaissance du territoire que peut avoir une agence d’urbanisme, implantée dans l’agglomération depuis près de 40 ans.

convention

L’Agence réalise des études dans les domaines de :

  • l’observation et l’analyse des évolutions urbaines, l’évaluation des besoins en équipements,
  • la contribution à la définition des politiques d’aménagement et de développement,
  • la connaissance des modes de vie, les visions prospectives,
  • la préparation de projets d’agglomération,
  • la participation à l’élaboration de documents d’urbanisme réglementaires, Schéma de Cohérence Territoriale, Programme Local de l’Habitat (PLH), Plan de Déplacements Urbains (PDU), Plans Locaux d’Urbanisme, communaux (PLU) ou intercommunaux (PLUi)
  • l’étude de nouveaux quartiers, la réflexion sur les équipements, les infrastructures…

Dans le cadre d’une consultation

Dans la limite de 20% de son budget, l’Agence peut agir comme un bureau d’études privé, pour répondre à une consultation. Elle apporte ses outils et la pluridisciplinarité de son équipe, expérimentée, mesurable au travers de ses publications et de ses références. Elle n’est pas forcément la moins-disante, puisqu’elle ne se positionne pas pour remporter le marché à n’importe quel prix, mais elle est souvent la mieux-disante compte-tenu des réflexions et inflexions qu’elle peut apporter au projet, de sa contribution à la redéfinition de ce qui est essentiel, de ce qui est annexe, et de son niveau d’expertise. Elle s’entoure si nécessaire de compétences externes, par exemple sur le plan juridique, ou sur des sujets très techniques comme l’environnement, ou la digitalisation d’un document d’urbanisme.

L’Agence peut travailler sur les mêmes sujets que ceux évoqués dans le cadre d’une convention, la seule limite étant les 20% de son budget, qui ne permettent donc pas la réalisation d’une très grosse étude sur un seul exercice annuel. Cette limite offre cependant deux avantages, le premier étant que l’Agence ne disperse pas une partie importante de ses forces d’étude et de réflexion au détriment de ses membres, le second que le client est assuré d’un traitement de sa demande équivalent à celui que l’Agence donne à ses membres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.